About me: My name is Solène Rapenne, pronouns she/her. I like learning and sharing knowledge. Hobbies: '(BSD OpenBSD Lisp cmdline gaming internet-stuff). I love percent and lambda characters. OpenBSD developer solene@.

Contact me: solene on libera.chat, solene+www at dataswamp dot org or @solene@bsd.network (mastodon). If for some reason you want to support my work, this is my paypal address: donate@perso.pw.

[FR] Pourquoi j'utilise OpenBSD

Written by Solène, on 04 January 2021.
Tags: #openbsd #francais

Comments on Mastodon

Dans ce billet je vais vous livrer mon ressenti sur ce que j'aime dans OpenBSD.

Respect de la vie privée §

Il n'y a aucune télémétrie dans OpenBSD, je n'ai pas à m'inquiéter pour le respect de ma vie privée. Pour rappel, la télémétrie est un mécanisme qui consiste à remonter des informations de l'utilisateur afin d'analyser l'utilisation du produit.

De plus, le défaut du système a été de désactiver entièrement le micro, à moins d'une intervention avec le compte root, le microphone enregistre du silence (ce qui permet de ne pas le bloquer quant à des droits d'utilisation). A venir dans 6.9, la caméra suit le même chemin et sera désactivée par défaut. Il s'agit pour moi d'un signal fort quant à la nécessité de protéger l'utilisateur.

Navigateurs web sécurisés §

Avec l'ajout des fonctionnalités de sécurité (pledge et surtout unveil) dans les sources de Firefox et Chromium, je suis plus sereine quant à leur utilisation au quotidien. À l'heure actuelle, l'utilisation d'un navigateur web est quasiment incontournable, mais ils sont à la fois devenus extrêmement complexes et mal maîtrisés. L'exécution de code côté client via Javascript qui a de plus en plus de possibilité, de performances et de nécessités, ajouter un peu de sécurité dans l'équation était nécessaire. Bien que ces ajouts soient parfois un peu dérangeants à l'utilisation, je suis vraiment heureuse de pouvoir en bénéficier.

Avec ces sécurités ajoutés (par défaut), les navigateurs cités précédemment ne peuvent pas parcourir les répertoires en dehors de ce qui leur est nécessaire à leur bon fonctionnement plus les dossiers ~/Téléchargements/ et /tmp/. Ainsi, des emplacements comme ~/Documents ou ~/.gnupg sont totalement inaccessibles ce qui limite grandement les risques d'exfiltration de données par le navigateur.

On pourrait refaire grossièrement la même fonctionnalité sous Linux en utilisant AppArmor mais l'intégration est extrêmement compliquée (là où c'est par défaut sur OpenBSD) et un peu moins efficace, il est plus facile d'agir au bon moment depuis le code plutôt qu'en encapsulant le programme entier d'un groupe de règles.

Pare-feu PF §

Avec PF, il est très simple de vérifier le fichier de configuration pour comprendre les règles en place sur le serveur ou un ordinateur de bureau. La centralisation des règles dans un fichier et le système de macros permet d'écrire des règles simples et lisibles.

J'utilise énormément la fonctionnalité de gestion de bande passante pour limiter le débit de certaines applications qui n'offrent pas ce réglage. C'est très important pour moi n'étant pas la seule utilisatrice du réseau et ayant une connexion assez lente.

Sous Linux, il est possible d'utiliser les programmes trickle ou wondershaper pour mettre en place des limitations de bande passante, par contre, iptables est un cauchemar à utiliser en tant que firewall!

C'est stable §

A part à l'utilisation sur du matériel peu répandu, OpenBSD est très stable et fiable. Je peux facilement atteindre deux semaines d'uptime sur mon pc de bureau avec plusieurs mises en veille par jour. Mes serveurs OpenBSD tournent 24/24 sans problème depuis des années.

Je dépasse rarement deux semaines puisque je dois mettre à jour le système de temps en temps pour continuer les développements sur OpenBSD :)

Peu de maintenance §

Garder à jour un système OpenBSD est très simple. Je lance les commandes syspatch et pkg_add -u tous les jours pour garder mes serveurs à jour. Une mise à jour tous les six mois est nécessaire pour monter en version mais à part quelques instructions spécifiques qui peuvent parfois arriver, une mise à jour ressemble à ça :

# sysupgrade
[..attendre un peu..]
# pkg_add -u
# reboot

Documentation de qualité §

Installer OpenBSD avec un chiffrement complet du disque est très facile (il faudra que j'écrive un billet sur l'importance de chiffrer ses disques et téléphones).

La documentation officielle expliquant l'installation d'un routeur avec NAT est parfaitement expliquée pas à pas, c'est une référence dès qu'il s'agit d'installer un routeur.

Tous les binaires du système de base (ça ne compte pas les packages) ont une documentation, ainsi que leurs fichiers de configuration.

Le site internet, la FAQ officielle et les pages de man sont les seules ressources nécessaires pour s'en sortir. Elles représentent un gros morceau, il n'est pas toujours facile de s'y retrouve mais tout y est.

Si je devais me débrouiller pendant un moment sans internet, je préférerais largement être sur un système OpenBSD. La documentation des pages de man suffit en général à s'en sortir.

Imaginez mettre en place un routeur qui fait du trafic shaping sous OpenBSD ou Linux sans l'aide de documents extérieurs au système. Personnellement je choisis OpenBSD à 100% pour ça :)

Facilité de contribution §

J'adore vraiment la façon dont OpenBSD gère les contributions. Je récupère les sources sur mon système et je procède aux modifications, je génère un fichier de diff (différence entre avant/après) et je l'envoie sur la liste de diffusion. Tout ça peut être fait en console avec des outils que je connais déjà (git/cvs) et des emails.

Parfois, les nouveaux contributeurs peuvent penser que les personnes qui répondent ne sont vraiment pas sympa. **Ce n'est pas vrai**. Si vous envoyez un diff et que vous recevez une critique, cela signifie déjà qu'on vous accorde du temps pour vous expliquer ce qui peut être amélioré. Je peux comprendre que cela puisse paraître rude pour certaines personnes, mais ce n'est pas ça du tout.

Cette année, j'ai fait quelques modestes contributions aux projets OpenIndiana et NixOS, c'était l'occasion de découvrir comment ces projets gèrent les contributions. Les deux utilisent github et la manière de faire est très intéressante, mais la comprendre demande beaucoup de travail car c'est relativement compliqué.

Site officiel d'OpenIndiana

Site officiel de NixOS

La méthode de contribution nécessite un compte sur Github, de faire un fork du projet, cloner le fork en local, créer une branche, faire les modifications en local, envoyer le fork sur son compte github et utiliser l'interface web de github pour faire un "pull request". Ça c'est la version courte. Sur NixOS, ma première tentative de faire un pull request s'est terminée par une demande contenant six mois de commits en plus de mon petit changement. Avec une bonne documentation et de l'entrainement c'est tout à fait surmontable. Cette méthode de travail présente certains avantages comme le suivi des contributeurs, l'intégration continue ou la facilité de critique de code, mais c'est rebutoire au possible pour les nouveaux.

Packages top qualité §

Mon opinion est sûrement biaisée ici (bien plus que pour les éléments précédents) mais je pense sincèrement que les packages d'OpenBSD sont de très bonne qualité. La plupart d'entre eux fonctionnent "out of the box" avec des paramètres par défaut corrects.

Les packages qui nécessitent des instructions particulières sont fournis avec un fichier "readme" expliquant ce qui est nécessaire, par exemple créer certains répertoires avec des droits particuliers ou comment mettre à jour depuis une version précédente.

Même si par manque de contributeurs et de temps (en plus de certains programmes utilisant beaucoup de linuxismes pour être faciles à porter), la plupart des programmes libres majeurs sont disponibles et fonctionnent très bien.

Je profite de l'occasion de ce billet pour critiquer une tendance au sein du monde Open Source.

  • les programmes distribués avec flatpak / docker / snap fonctionnent très bien sur Linux mais sont hostiles envers les autres systèmes. Ils utilisent souvent des fonctionnalités spécifiques à Linux et les méthodes de compilation sont tournées vers Linux. Cela complique grandement le portage de ces applications vers d'autres systèmes.
  • les programmes avec nodeJS: ils nécessitent parfois des centaines voir des milliers des libs et certaines sont mêmes un peu bancales. C'est vraiment compliqué de faire fonctionner ces programmes sur OpenBSD. Certaines libs vont même jusqu'à embarquer du code rust ou à télécharger un binaire statique sur un serveur distant sans solution de compilation si nécessaire ou sans regardant si ce binaire est disponible dans $PATH. On y trouve des aberrations incroyables.
  • les programmes nécessitant git pour compiler: le système de compilation dans les ports d'OpenBSD fait de son mieux pour faire au plus propre. L'utilisateur dédié à la création des packages n'a pas du tout accès à internet (bloqué par le pare-feu avec une règle par défaut) et ne pourra pas exécuter de commande git pour récupérer du code. Il n'y a aucune raison pour que la compilation d'un programme nécessite de télécharger du code au milieu de l'étape de compilation!

Évidemment je comprends que ces trois points ci-dessus existent car cela facilite la vie des développeurs, mais si vous écrivez un programme et que vous le publiez, ce serait très sympa de penser aux systèmes non-linux. N'hésite pas à demander sur les réseaux sociaux si quelqu'un veut tester votre code sur un autre système que Linux. On adore les développeurs "BSD friendly" qui acceptent nos patches pour améliorer le support OpenBSD.

Ce que j'aimerais voir évoluer §

Il y a certaines choses où j'aimerais voir OpenBSD s'améliorer. Cette liste est personnelle et reflète pas l'opinion des membres du projet OpenBSD.

  • Meilleur support ARM
  • Débit du Wifi
  • Meilleures performances (mais ça s'améliore un peu à chaque version)
  • Améliorations de FFS (lors de crashs j'ai parfois des fichiers dans lost+found)
  • Un pkg_add -u plus rapide
  • Support du décodage vidéo matériel
  • Meilleur support de FUSE avec une possibilité de monter des systèmes CIFS/samba
  • Plus de contributeurs

Je suis consciente de tout le travail nécessaire ici, et ce n'est certainement pas moi qui vais y faire quelque chose. J'aimerais que cela s'améliore sans toutefois me plaindre de la situation actuelle :)

Malheureusement, tout le monde sait qu'OpenBSD évolue par un travail acharné et pas en envoyant une liste de souhaits aux développeurs :)

Quand on pense à ce qu'arrive à faire une petite équipe (environ 150 développeurs impliqués sur les dernières versions) en comparaison d'autres systèmes majeurs, je pense qu'on est assez efficace!